dimanche 22 décembre 2013

A LA RECHERCHE DU SENS PERDU



tu perds de vue le sens du geste
n'importe quel geste, l'action
et comme tu te refuses à agir pour rien
et bien, tu ne fais plus rien !

c'est un piège placé, une fosse
creusée sous le sens de ces petits riens
qui font l’être humain : Si marcher ne 
fait plus de sens, alors tu ne marches plus

cuisiner ne fait plus de sens, alors
tu ne cuisines plus. Aimer
ne fait plus de sens, alors tu n'aimes 
plus. Tu perds aussi la haine

être humain ne fait plus de sens, alors
tu te perds au point de ne plus voir même 
la fosse, le piège
tu deviens ce trou, une absence

absent de toi-même, tu ne sais pas
les cannibales venus te dévorer
ton âme est ailleurs, partie
à la recherche du sens perdu



::: ::: :::



Photo : Vu d'en bas







IL SE PASSE DES SEMAINES



il se passe des semaines
j’écris des mots que j'efface
je vais au travail, je dors
finalement, c'est moi que j'efface

on me rend parfois visite
on boit un café, deux cafés
on dit des mots que j'oublie
par chance, j'ignore comment

la chatte sur le canapé, ses doigts
rose et noir et rose et noir
la couleur de ma peau sur ma déprime
noire, quand j'y pense

faire les choses parce qu'on aime à les faire
sans en chercher le sens
peindre ou écrire comme on fait de la musique
sans en chercher le sens

contempler le tableau du monde
lire le café des jours, deux cafés
passer d'une semaine à l'autre, d'un monde
à l'autre, avant que celui-ci ne s'efface




 ::: ::: :::



Photo : Rose et noir et rose et noir



mardi 17 décembre 2013

LA PREMIERE NEIGE DANS LES CREUX


l'hiver venant, les pins
sommeillant au bord de la route
je ne vois plus le monde
tel qu'il me paraissait autrefois

la première neige dans les creux
le froid glissant dans l'ombre
je compte les dimensions : Trois, deux
le plan unique de l'Être

la température de l'air sous le zéro
mon esprit s'étant mis aux chiffres
je contemple une série blanche
l'amour de tout et de rien

c'est décembre qui m'apporte
un présent : Un instant sans limite
je découvre ce rapport mystérieux :
La division de l'Un par le néant

Tout ça est bien froid, me dis-tu
le monde sans la chaleur du monde
Tu as raison, me dis-je
quittant le bord de la route



::: ::: :::



Photo : L'hiver venant

lundi 16 décembre 2013

A QUOI PENSENT LES HERBES



on a manqué de se prendre une bagnole
dans la gueule, qui glissait de droite à gauche
venant contre nous, alors, après
sommes descendus voir comment c’était beau

on a manqué de se perdre dans l'herbe encore verte
sous la neige, l'hiver venu si vite
à quoi pensent les herbes
quand vient la tempête ?

on a manqué de se manquer
pensent les herbes, les folles
quand elles montent sur le dos du vent
venant contre nous, alors, après

on a manqué, on a manqué...
on n'a jamais manqué de rien
c'est comme ça qu'on disait autrefois
on n'a jamais manqué de rien !

dans les bois, allons nous promener !
entre les troncs, ce qu'on peut trouver :
L'hiver qui n'est jamais venu
venant contre nous, alors, après



::: ::: :::



Photo : La bonne herbe





AU CIEL DES MONDES



viens ! je suis ailleurs
au ciel des mondes, je donne
mes pieds, mais il fait froid
entre mes orteils, l'univers

viens ! je suis ailleurs
au pays des nuages où l'esprit
ne tient qu'à lui-même
une âme, un astre

je t’arrête en avion, tu
ouvres la porte, quel
spectacle : Les monstres s'envolent
laissant derrière eux : Ton sourire

la croissant de ton sourire, la Lune
Venus qui brille en tournant sur elle-même
la danse des mondes orbitant
dans la draperie bleu-issante du temps

viens ! je suis ailleurs
dans la draperie bleu-issante du temps
c'est mon visage qui s'efface
devant l’intérieur de la nuit



::: ::: :::



Photo : Sous l'Asie centrale





vendredi 13 décembre 2013

LE MAGICIEN DES AIRS


tu vois : Point de route !
tu dois savoir où aller
comme les choses savent où aller
comme le grain de lumière sait où aller

au pays des nuages, tu dois marcher d'un pied
léger, plus léger que le nuage ou l'air
plus léger que le grain de lumière
le magicien des Airs s'avance léger, léger

traversant le pays des nuées
évitant les trouées s'ouvrant vers le bas
le mage va là où il doit aller
un grain de lumière jamais ne se perd

dans l'esprit du magicien, nul doute
rien ne pesant
rien ne tirant vers le bas
rien, mais cette puissante certitude

le magicien des Airs est le magicien des Airs
il marche sur les nuages quand les nuages mènent
là : Où le mage doit aller
parce que c'est comme ça, tu vois ?



::: ::: :::



Photo : Quelque part par là 



mardi 3 décembre 2013

DANS LES AIRS OU RIEN NE COMPTE



journal de voyage : Cher journal
aujourd'hui je pars !
un nuage, une vapeur d'homme
poussé par quelque souffle

dans les airs où rien ne compte
je vais compter les heures
entre ici et là, entre deux terres
le seul passager dans tout l'avion

un seul être dans ce ciel minuscule
mes pensées de crabe humain
Qui pense de travers
Qui écrit des poèmes à pinces

ces lignes pour ne rien attraper
d'autre qu'un mot, un seul
et faire de moi ce mot
pour m'y retrouver, en cas de perte

Quel mot êtes-vous ?
Je ne sais pas !
Montrez-moi votre passeport !
L'ai pas ! Suis crabe ! 



<<< >>> >>>



Photo : Des lignes de sens








S'abonner par email