vendredi 28 septembre 2012

LES LARMES, MON AMIE


nous naissons tous avec elles
nous les versons sur la terre, sous le ciel
nous mourrons peut-être sans elles
les larmes, mon amie

elles nous visitent à tout âge
elles viennent aux fous comme aux sages
elles n'ignorent aucun visage
les larmes, mon amie

elles paraissent souvent aux fêtes
elles marquent victoires et défaites
certaines ont la force des terribles tempêtes
les larmes, mon amie

dans la bataille des coeurs, larmes
surgissent plus rapides qu'autres armes
elles font le plus puissant des charmes
tu le sais bien, mon amie

larmes ne cesseront jamais
tant que l'humanité vivra, mais
aujourd'hui, je t'en prie
ne pleure plus, mon amie



::: ::: :::

Photo : Banana smile




mercredi 26 septembre 2012

MES PLUS GRANDS PAS



quand vient l'automne
quand vient le temps des couleurs tristes
le rouge, le jaune
le feuillage de mon coeur tombant

quand vient le temps de l'automne
quand vient le vent du froid, la pluie
le brouillard, la grisaille
les jours du manteau sur les épaules

quand viennent octobre, novembre
puis la noirceur des jours qui raccourcissent
ma main dans ta main
mon nez contre le tien

quand vient le temps des étreintes sous la laine
quand vient le temps d'avoir peur de rien
tu me dis : Ne t'en vas pas !
tu me dis : J'ai peur des mauvais esprits

quand vient le soir de l'âge
quand vient le temps qui rapetisse
je fais mes plus grands pas
d'aujourd'hui à demain, mes plus grands pas



::: ::: :::

Photo : Constellations d'automne








NAVIRE DE MON ESPRIT EST PAUVRE


oh, oh 
je ne vous dirai pas
le fond de ma pensée
le fond de ma pensée

tant pis pour moi
tant pis pour moi
ma pensée n'a pas de fond
c'est un abîme sans raison

Boileau a dit : Apprends d'abord à penser
mais moi, je ne sais pas
je ne sais pas
pourtant en moi : Un océan, une tourmente

navire de mon esprit est pauvre
sans capitaine, va s'échouer
sur un îlot va s'échouer
et là, moi je vais rester

je vais rester, je vais rester
seul avec noix de coco
un perroquet
mes poésies pour répéter mes mots, mes mots



::: ::: :::


Photo: Feuille de vigne s'en allant

lundi 24 septembre 2012

TOUT RACONTER OU TOUT INVENTER


un jour on me dira peut-être :
"J'aime vos poèmes parce qu'ils ont tous
le même air"
alors je pourrai laisser venir les larmes aux yeux

je serai certainement très vieux
ce sera un miracle que je puisse encore pleurer
des fleurs de lichen sur mes joues
des poissons anciens dans la gorge

l'autre jour cette vision m'est venue :
Le visage à peau d'os d'un être inconnu
qui m'observait depuis derrière un arbre
dont l'écorce elle-même était peau d'os 

dans ce visage blanc brillaient deux onyx
deux étoiles noires
des puits gravitationnels
j'allais tomber

oeil de gauche, oeil de droite
j'avais un frère jumeau qui n'est pas né
je n'ai jamais su me décider :
Tout raconter ou tout inventer



::: ::: :::

Photos : Ballon venu chez moi

vendredi 14 septembre 2012

UN PLI DANS LE RIDEAU DU RÉEL


ce soir me revint en mémoire une métaphore :
La réalité comme un simple rideau
tiré entre l'esprit et ce monde plus vaste
qui s'étend au-delà des belles étoffes de la banalité

j'examinais alors cette photographie récente
montrant la fenêtre de la modeste demeure
d'une vieillarde
qui me tournait le dos

il y avait chez elle un rideau
et, dans le carreau de verre de la fenêtre
les reflets d'un figuier et d'un mur de briques
qui formaient son jardin

le plan de ce récit me revint aussi :
Un vieillard engage un détective privé
pour retrouver sa jeune parente
qu'un pli dans le rideau du Réel a fait disparaître

le privé cherchant comment déplier l’étoffe
va découvrir ce monde plus vaste
où les figuiers complotent avec les murs de briques
que la banalité pousse au crime



::: ::: :::

Photo : Côté cour





mercredi 12 septembre 2012

CELUI QUI NE SAIT PAS CHANTER EST MORT


un jour parfait : Il ne s'est rien passé
sinon l’écriture et son contraire
l'effacement des caractères
celui qui ne sait pas chanter est mort

combien de fois, vais-je nager
espérant trouver des mots
au creux des vagues ?
celui qui ne sait pas chanter est mort

c'est un mur sans fenêtre, jeté au ciel
une page blanche et sans humour
au fond d'une bouteille vide, il n'y a rien
celui qui ne sait pas chanter est mort

j'ai un rapport à écrire, que je n’écris pas
des idées que je tais, des secrets que j'oublie sans effort
encore une fois, je vous le dis :
Celui qui ne sait pas chanter est mort

c'est une révolte qui me sert bien
dans le silence des ans quand je n'arrive à rien
je pense et repense au roi-poète :
Celui qui a pris la fuite à mains nues



::: ::: :::

Photo : Dragons




dimanche 9 septembre 2012

JE VOIS DEUX FOIS LE MONDE


les yeux ouverts
les yeux fermés
je vois deux fois le monde
mais pas la vérité

triste quartier de mes vingts ans
rue malfamée encore
là je retrouve cette maudite porte
mais pas la vérité

c'est un immeuble en mal d'amour, désaffecté
couloirs sans issues, pièces démeublées
studio où autrefois on enregistrait la voix
mais pas la vérité

qu'est-ce que je fais ici ?
que faisais-je là ?
en rêve ou en réalité
on ne sait pas la vérité

paupières baissées
paupières levées
errances vaines en des lieux vides
sans vérité, en toute vérité




::: ::: :::

Photo : Voies d'accès



jeudi 6 septembre 2012

C'EST SEULEMENT TON DOIGT


créature née pour croire
tu joins l’église des mots
baptisant les choses pour qu'elles vivent
avec toi, dans l’espérance

dans le miroir tragique de l'esprit
tu trouves le reflet des formes
vraies ou voulues
les ailes qui te manquent dans la chute

contre les lois de la Nature
tu lèves une armée intérieure
épées angéliques, lances démoniaques
forces fantastiques et futiles

assis au bord de l'eau
tu cherches une excuse pour transcender
les poissons, les oiseaux
les galets innocents

au sein du monde
tu crois téter un lait divin
mais c'est seulement ton doigt
que tu suces



::: ::: :::

Photo : Transcendance

(dans la série : Vu à Paris, juillet 2012)



mercredi 5 septembre 2012

LE PALAIS FOU


je vais écrire des chroniques, plutôt que des poèmes
tiens, j'ai deux cuisinières : Une à Tbilissi, l'autre à Sukhumi
la première s'en va, parce que... Réduction d’équipe
l'autre reste, malgré le café imbuvable

ce n'est pas de sa faute, le café imbuvable
il est mauvais, un mauvais succédané de café
avec ou sans sucre, peu importe
c'est imbuvable, une horreur escargotte

il y en a une tasse qui refroidit sur ma table
après que j'ai encore voulu tenter l’expérience
et l'an dernier, c’était le fromage
même le chien n'en voulait pas

pourtant le reste de l’équipe s'en arrange
café, fromage, salade mayonnaise, etc.
c'est incompréhensible, je crois avoir le palais fou
sauf qu'ailleurs, je trouve : Du bon manger, café itou

de toute façon je ne mange qu'une fois par jour
C'est très mauvais pour votre santé, me dit un médecin
Je vis comme ça depuis vingt ans, je lui réponds
ma faim, je l'intériorise, mais le mauvais café, je ne peux pas



::: ::: :::

Photo: Une horreur escargotte



lundi 3 septembre 2012

LE PLUS LENTEMENT POSSIBLE


dans la cour du bureau
hier
le cadavre du rat
tué par le chien du bureau

dans ma main, c'est un sac plastique
pour prendre la chose morte
et la jeter plus loin
le plus vite possible

à la place du corps
des mouches excitées par l'odeur qui persiste
il y a aussi une vilaine trace
et un insecte noir-noir au dos rond, qui s'en va

à la plage, à quelque distance de la ville
des touristes avec une balle
qu'on lance et relance au chien
qui va la chercher gaiement, loin dans l'eau

au bureau, aujourd'hui
c'est un lundi vide comme un nouveau sac plastique
le chien reste allongé pendant des heures et des heures
je lis les actualités, le plus lentement possible



::: ::: :::

Photo : Dimanche







dimanche 2 septembre 2012

MORT CROYANT RESTER VIVANT


ami, ami tombant
dans l'abîme sans fond, sans lumière
a chuté dans le vide, les pieds devant
hyperliens et cliquètements

bouche ouverte, langue muette
sans raison, sans suite, sans savoir
a versé dans le gouffre, dedans
commentaires que j'aime

yeux ronds, pupilles dilatées
sans demain : Aujourd'hui sans hier
t'es descendu aux enfers intangibles
mille et un bouton

la cervelle en misère
sans ailes, sans voile, sans pouvoir
s'est jetée dans les airs infinis
mots de passe et enregistrements

ami, ami tombant
basculant dans le trou effaçant
flux en ligne et gratuit
mort croyant rester vivant



::: ::: :::

Photo : Joue






S'abonner par email